La photo en hiver

Se protéger: la vallée de la Clarée offre plein de possibilités photographiques. Mais son altitude élevée conditionne un climat rigoureux, ce qui peut occasionner de nombreux coups de froid.
Je ne vais pas m'étendre sur les vêtements, mais me concentrer sur les extrémités (têtes, mains, pieds).
La tête est une importante source de déperdition de chaleur, donc un bon bonnet est de rigueur, voire une cagoule légère pour les fonds devallées. Mais la journée avançant une casquette peut s'avérer utile.
Les pieds, fabuleux moyen de locomotion peuvent rapidement s'ils ne sont pas protégés correctement attraper une onglée. Une bonne paire de chaussures de rando hivernale est conseillée. une paire de guêtrespour éviter toute intrusion de neige dans les chaussures. Le touscomplété avec une bonne paire de chaussettes.
Les mains sont les plus sollicitées, car les manipulations de l'appareil sont régulières. A -10°c les boitiers, même en plastique sont trèsfroids...
Le choix des gants est donc très important, si l'on veut photographier longtemps en hiver.
Je joue avec les couches, pour avoir toujours le meilleur rapport maniabilité/chaleur. Ma première couche se compose d'un sous gantstyle gant de soie, (il existe aussi des versions synthétiquespréformante). Ensuite j'ai une paire de mitaines avec tous les doigts escamotablesCet ensemble me suffit la plupart du temps. Mais j'ai encore une dernière couche pour les jours de neige ou les grandesmarches d'approche. Une paire de surmouffle d'alpinisme, qui me procure une grande protection contre l'eau et le vent.
Il existe d'autres possibilités, mais me concernant pour la photo c'est la meilleure que j'ai expérimentéeMalgré tout ça j'ai quand  mefamiliariser avec des séances photos, les doigts complètement gelesNous ne sommes pas tous égaux avec les froids.

 


Gants de soie
Gants de soie

Mitaine moufle
Mitaine moufle

Surmoufle
Surmoufle


Le matériel:  l'hiver est une saison incroyable pour la photo en montagne. Les levers de soleil sur les grandes faces, le givre près de la Clarée et les jours de chute de neige et j'en passe. Tout cela a pourconséquence de vous faire utiliser votre matériel dans des conditions extrêmes de froid.
Me concernant j'évolue toujours avec mon appareil en bandoulière et un objectif à la ceinture de mon sac à dos.
Tant que l'on reste sur les sentiers damés, il n'y a pas de problème majeur. Le froid reste le plus grand ennemi pour l'appareil et le photographe. Mais, après des hivers à grelotter, c'est toujours moi quiest abdiqué. Il faut vraiment rester longtemps par des températures inférieures à -20°C pour que le matériel commence à subir les effets du froid: accu faiblard, la graisse qui fige rendant la mécanique moins réactive. Important, au retour d'une sortie froide laissait le matériel se réchauffer doucement pour éviter tout choc thermique, générateur de buée.
Si l'on pratique la raquette, le ski nordique ou le ski de rando les contraintes sont légèrement différentes. Le fait d'évolué sur un terrain non damé, peut vous amener à tomber dans la neige. Rien de pluscompliqué alors que de nettoyer son appareil. Dans ces cas-là, je prends une sacoche style: Série toploading de chez Lowe.

Sacoche de protection
Sacoche de protection

Utilent ces sacoches car en général les conditions climatiques sont plus rudes surtout avec le vent et l'altitude.
Dans ces cas-là, un deuxième accu peut être d'un grand secours.
Donc les jours de froid, de neige il ne faut pas hésiter à sortir car le matériel, même le plus modeste est capable de supporter le climat "rigoureux" de la Clarée. Les photos que vous ramènerez en seront la meilleure preuve.
Alors, bonne caillante photographique...


Bernard Dany (2015). Reproductions interdites